Le Blog de La DOUDERIE – LA DOUDERIE
0 Panier
Ajouté au panier
    Vous avez items en panier
    Vous avez 1 item en panier
      Total

      Le Blog de La DOUDERIE

      Prendre soin de soi tout en restant socialement éloigné

      Comment s'assurer que vous êtes le meilleur de vous-même et que vous mettez cette grande énergie au service de votre famille, de vos amis et du monde entier ?

      Chez La DOUDERIE, nous disons que "prendre soin de soi n'est pas un luxe, c'est une nécessité". Nous disons cela toute l'année, mais en cette période de stress mondial, c'est devenu très important. Voici une liste de moyens de prendre soin de soi tout en s'éloignant de la société : 


      Sortir

      Nous entendons beaucoup parler de cette question, mais si vous êtes capable de sortir, le fait de vous connecter à la nature a des effets bénéfiques sur la santé, comme la réduction du niveau de stress et l'amélioration de votre créativité et de votre concentration. La marche ou la course vous libère l'esprit et, bien sûr, vous aide à préserver votre santé physique. Si vous avez la chance d'avoir une rivière pour courir ou marcher, alors c'est encore mieux ! En ville, des longues promenades dans les rues résidentielles, moins fréquentées.


      Méditation guidée

      Doud aime commencer la journée avec 15-20 minutes de méditation guidée le matin en utilisant une application comme Calm. L'anxiété peut être contagieuse, alors pourquoi ne pas aider à répandre le calme à la place ?



      Transpirez dans votre salon

      Ou alors ne transpirez pas avec du yoga doux. C'est à vous de décider. Il y a tant de cours de yoga ou d'autres exercices en ligne gratuits pour garder l'esprit centré pendant cette pandémie. Renseignez-vous également sur ce que propose votre club local. Beaucoup d'entre eux proposent peut-être des cours en ligne gratuits ou très abordables. Profitez-en !


      Image



      S'en tenir à une routine

      Nous avons tous besoin d'un sentiment de normalité en ce moment, et s'en tenir à une routine peut vraiment nous aider. Que vous travailliez à domicile ou non, essayer de vous réveiller et de vous coucher à une heure régulière pour vous aidera à garder l'esprit tranquille et à sortir du chaos.



      Trouvez l'enfant qui sommeille en vous

      Il n'est pas nécessaire d'avoir des enfants pour s'adonner à un film classique de Disney et à un bain moussant, avec des bombes de bain ou des sels apaisants. Ou alors, allez revisiter ce vieux jeu vidéo que vous aimiez. Vous serez étonné de voir combien de temps vous pouvez tuer sans regarder votre téléphone !



      Connaître les faits...

      N'obtenez vos informations qu'auprès de sources fiables. Mais essayez de vous limiter à une fois par jour, afin d'être informé sans être submergé.


      ... Mais veillez à vous déconnecter

      Il est bon de rester informé et d'armer son cerveau avec des faits, mais essayez d'éviter de vous surcharger. Limitez votre consommation de médias sociaux et essayez de passer à l'analogique, en prenant le temps de lire des livres ou de tenir un journal.



      Cuisinez

      Si vous n'avez pas encore rejoint les légions de personnes qui font du pain à la maison, c'est le moment d'essayer ! Le stress de faire la cuisine n'est en fait pas une chose nouvelle et certaines personnes se réconfortent de l'aspect tangible et physique de la création de quelque chose à partir de rien. Si le pain n'est pas votre truc, essayez n'importe quelle nouvelle recette. Il s'agit d'une activité méditative qui demande de la concentration pour apprendre une nouvelle recette. Et vous augmenterez votre répertoire de cuisine pour le moment où votre isolement sera terminé. Si vous voulez faire preuve de créativité dans votre garde-manger, mettez-vous au défi avec une recette de produits de base du garde-manger.


      Image


      Connectez-vous avec vos amis

      Passez plus d'appels téléphoniques et organisez plus de réunions virtuelles pour rester en contact avec vos proches et vous tenir au courant. Pourquoi ne pas organiser une réunion virtuelle ?


      Soyez malin

      Faites une peinture au doigt, écrivez un journal avec des marqueurs et laissez votre esprit vagabonder. Il existe toutes sortes de travaux manuels que vous pouvez faire chez vous ou même simplement créer avec un stylo et du papier. Le dessin mental est une forme de méditation, de détente, le moyen idéal de prendre soin de soi en ce moment (et personne n'a jamais besoin de voir votre produit fini). Il peut s'agir simplement de se détendre, de se concentrer sur sa respiration et de dessiner des cercles ou des lignes. Laissez votre stylo vous guider et votre esprit se détendre. Vous pouvez également utiliser un livre à colorier pour adultes (ou peut-être même emprunter une page du livre de votre enfant, s'il n'a pas envie de partager).




      Que faites-vous pour prendre soin de vous en ce moment ?

      Pourquoi des épidémies comme celle des coronavirus se propagent de manière exponentielle et comment "aplatir la courbe" ?

      Pourquoi des épidémies comme celle des coronavirus se propagent de manière exponentielle et comment "aplatir la courbe" ?

      Après l'annonce du premier cas de covid-19 aux États-Unis (la maladie causée par la nouvelle souche de coronavirus), les rapports faisant état d'autres infections se sont fait attendre. Deux mois plus tard, ce flot d'information s'est transformé en un courant régulier. 
      Cette courbe dite exponentielle inquiète les experts. Si le nombre de cas devait continuer à doubler tous les trois jours, il y aurait environ cent millions de cas aux États-Unis d'ici le mois de mai.

      C'est un calcul, pas une prophétie. La propagation peut être ralentie, disent les professionnels de la santé publique, si les gens pratiquent la "distance sociale" en évitant les espaces publics et en limitant généralement leurs déplacements.

      Pourtant, quel que soit la mesure pour le ralentir, la covid-19 continuera de se propager de façon exponentielle pendant des mois. Pour comprendre pourquoi, il est instructif de simuler la propagation d'une fausse maladie au sein d'une population.

      Nous appellerons notre fausse maladie "simulitis". Elle se propage encore plus facilement que la covid-19 : chaque fois qu'une personne saine entre en contact avec une personne malade, la personne saine devient malade elle aussi.

      Dans une population de seulement cinq personnes, il n'a pas fallu longtemps pour que tout le monde attrape la simulitis.

      Dans la vie réelle, bien sûr, les gens finissent par s'en remettre. Une personne guérie ne peut ni transmettre la simulitis à une personne saine, ni retomber malade après avoir été en contact avec une personne malade.

      Voyons ce qui se passe lorsque la simulitis se répand dans une ville de 200 personnes. Nous allons commencer par placer tout le monde dans la ville à un endroit aléatoire, en nous déplaçant à un angle aléatoire, et nous rendrons une personne malade.

      Remarquez comment la pente de la courbe rouge, qui représente le nombre de personnes malades, augmente rapidement à mesure que la maladie se répand, puis diminue progressivement à mesure que les gens se rétablissent.

      Notre ville de simulation est petite de sorte que la simulitis a pu se répandre rapidement dans toute la population. Dans un pays comme les États-Unis, avec ses 330 millions d'habitants, la courbe pourrait s'accentuer pendant longtemps avant de commencer à ralentir.

      En ce qui concerne le véritable covid-19, nous préférerions ralentir la propagation du virus avant qu'il n'infecte une grande partie de la population américaine. Pour ralentir la simulitis, essayons de créer une quarantaine forcée, comme celle que le gouvernement chinois a imposée à la province de Hubei, le ground zero du covid-19.

      Oups ! Comme les experts de la santé s'y attendent, il s'est avéré impossible de séparer complètement la population malade des personnes en bonne santé.

      Leana Wen, ancienne commissaire à la santé de la ville de Baltimore, a expliqué au Washington Post, en janvier dernier, l'impraticabilité des quarantaines forcées. "Beaucoup de gens travaillent dans la ville et vivent dans les comtés voisins, et vice versa", a déclaré Wen. "Les gens seraient-ils séparés de leur famille ? Comment toutes les routes seraient-elles bloquées ? Comment les fournitures arriveraient-elles aux habitants ?"

      Comme l'a dit Lawrence O. Gostin, professeur de droit de la santé mondiale à l'université de Georgetown : "La vérité est que ce genre de verrouillage est très rare et jamais efficace."

      Heureusement, il existe d'autres moyens de ralentir une épidémie. Avant tout, les responsables de la santé ont encouragé les gens à éviter les rassemblements publics, à rester chez eux plus souvent et à garder leurs distances avec les autres. Si les gens sont moins mobiles et interagissent moins les uns avec les autres, le virus a moins de chances de se propager.

      Certaines personnes continueront à sortir. Peut-être ne peuvent-elles pas rester à la maison en raison de leur travail ou d'autres obligations, ou peut-être refusent-elles simplement de tenir compte des avertissements de santé publique. Non seulement ces personnes sont plus susceptibles de tomber malades elles-mêmes, mais elles risquent aussi de propager la simulitis.

      Voyons ce qui se passe lorsqu'un quart de notre population continue à se déplacer tandis que les trois autres quarts adoptent une stratégie de ce que les experts de la santé appellent la "distance sociale".

      Une plus grande distance sociale maintient encore plus de personnes en bonne santé, et les gens peuvent être poussés à quitter les lieux publics en leur enlevant leur attrait.

      "Nous contrôlons le désir d'être dans les lieux publics en fermant les espaces publics. L'Italie est en train de fermer tous ses restaurants. La Chine ferme tout, et nous fermons aussi des choses maintenant", a déclaré Drew Harris, chercheur en santé des populations et professeur adjoint à la faculté de santé publique de l'université Thomas Jefferson. "Réduire les possibilités de se réunir aide les gens à garder une distance sociale".

      Pour simuler une plus grande distanciation sociale, au lieu de laisser un quart de la population se déplacer, nous verrons ce qui se passe lorsque nous laissons seulement une personne sur huit se déplacer.

      Les quatre simulations que vous venez de voir - une mêlée générale, une tentative de quarantaine, une distanciation sociale modérée et une distanciation sociale importante - étaient aléatoires. Cela signifie que les résultats de chacune d'entre elles étaient uniques à votre lecture de cet article ; si vous faites défiler les simulations vers le haut et les refaites, ou si vous revenez sur cette page plus tard, vos résultats changeront.

      Même avec des résultats différents, une distanciation sociale modérée sera généralement plus efficace que la tentative de quarantaine, et une distanciation sociale étendue est généralement la plus efficace. Vous trouverez ci-dessous une comparaison de vos résultats.
      Note: free-for-all = mêlée ı Attempted quarantine= tentative de quarantaine ı Moderate distancing = Distance modérée ı Extensive distancing = distance importante

      La simulitis n'est pas une covid-19, et ces simulations simplifient considérablement la complexité de la vie réelle. Pourtant, tout comme la simulitis se répand dans les réseaux de balles rebondissantes sur votre écran, la covid-19 se répand dans nos réseaux humains - dans nos pays, nos villes, nos lieux de travail, nos familles. Et, comme une balle qui rebondit sur l'écran, le comportement d'une seule personne peut provoquer des effets d'entraînement qui touchent des personnes éloignées.

      Sur un point crucial, cependant, ces simulations ne ressemblent en rien à la réalité : Contrairement à la simulitis, le covid-19 peut tuer. Bien que le taux de mortalité ne soit pas précisément connu, il est clair que les membres âgés de notre communauté sont les plus exposés au risque de mourir de la covid-19.

      "Si vous voulez que ce soit plus réaliste", a déclaré M. Harris après avoir vu un aperçu de cette histoire, "certains points devraient disparaître".
      L'auteur: Harry Stevens

      Harry Stevens a rejoint le Washington Post en tant que reporter graphique en 2019.

      A propos de cette histoire

      Les données du graphique en haut de cette histoire montrant le nombre de cas signalés aux États-Unis ont été collectées par le Centre de science et d'ingénierie des systèmes de l'Université Johns Hopkins et peuvent être téléchargées sur GitHub. Le nombre de cas réels aux États-Unis est probablement beaucoup plus élevé en raison des problèmes liés au test de détection du coronavirus et parce que de nombreux cas sont si bénins que les personnes infectées ne consultent pas de médecin ou d'hôpital.

      Pourquoi passer au savon solide, même pour les cheveux ?

      Pour résumer, je suis passée d'un gel douche et d'un shampoing classiques, qu'on trouve dans n'importe quelle grande-surface, à un petit savon solide presque ringard et pourtant tellement actuel !

      Pour résumer, je suis passée d’un gel douche et d’un shampoing classiques, qu’on trouve dans n’importe quelle grande-surface, à un petit savon solide presque ringard et pourtant tellement actuel !

      Il s’agit plus d’un changement qui s’est opéré lentement, et qui finalement s’est ancré profondément.

      Car je crois profondément en la décroissance de tous ces produits de merde que les industriels nous balancent sans remord.

      Car on en retrouvent dans TOUS* les rayons de nos supermarchés, Que le produit soit bio ou pas, ça ne change rien et ça me rend dingue !.

      Et moi, une fois que je passe un certain stade, je devient extrémiste … fallait pas pousser doudou dans les orties !

      Trop c’est trop.

      A partir de maintenant, je veux limiter au maximum les produits chimiques que je mets sur ma peau (et accessoirement sur celle de mes enfants).

      J’apprends donc à lire les étiquettes des produits. L’idée d’utiliser un savon solide ne m’a même pas encore effleuré l’esprit. J’apprends à reconnaitre certains termes. Ils « sonnent » parfois tellement moche dès le départ que ça n’est pas difficile.

      Mais la plupart du temps c’est un vrai casse-tête … Quels enfoirés … C’est vrai que ce serait trop simple de faire en sorte que chacun puisse comprendre facilement une étiquette. Je ne dis pas lire, j’en arrive parfois à prendre le truc en photo pour pouvoir l’agrandir !!!

      Les bras me sont tombés plusieurs fois !

      L’eau comme composant principal. Pas dans un savon solide !

      Bon, d’abord ce qui saute aux yeux, c’est que TOUS* les produits ont un composant majoritaire commun : l’eau …

      Tout ce qui est liquide c’est évident.

      Mais l’eau est également l’ingrédient n°1 des crèmes, des dentifrices, des gels pour les cheveux, … Une invasion d’eau qu’on paye le prix fort et qui entraine obligatoirement des conservateurs.

      Ben oui, les bactéries et les microbes adorent l’eau !!!

      Il y a des détergents dans ton gel douche ultra-doux ! Pas dans un savon solide !

      Ensuite, tu veux un produit qui lave ?

      On va te mettre des détergents ! 

      Oui, un détergent bien agressif dans ton gel douche et ton shampoing : le Sodium Laureth Sulfate, celui là on commence à le connaitre, c’est un DÉTERGENT, un tensio actif issu d’une réaction chimique très polluante. Il est partout*, que ce soit les gels douche ou les shampoings, pire, on le trouve aussi dans les shampoings pour enfants.

      Et puis viennent ensuite d’autres tensioactifs qui vont réguler les effets des autres tensioactifs … un qui fait de la mousse, un qui maintient tout ça ensemble, …

      Tu veux un truc liquide mais pas trop ?

      On va te mettre du sel pour épaissir tout ça.

      Tu veux un gel douche qui sent la fraise de bois ou la barbe à papa ?

      On va te mettre des parfums (de synthèse bien sûr).

      Et tu ne l’as pas demandé mais on va te faire un gel douche avec un pH neutre avec un tensioactif régulateur de pH !

      Et pour finir,

      Cerise sur le gateau,

      TOUS* les labels (bio, produit de l’année, testé sous contrôle médical, approuvé par machin, … ) sont du flan, de la merde, seulement une bonne grosse histoire d’argent.

      On ne vit pas dans un monde de bisounours … dommage …

      BREF 

      Recycler le plastique c’est bien, mais ce n’est pas suffisant.

      Jusqu’à présent, je faisais l’effort de prendre les plus gros volumes possible, histoire d’économiser un chouilla sur le plastique ou l’emballage. Bien sûr tout ça finit dans la poubelle jaune (chez nous c’est celle qui convient pour les plastiques et les conserves). Mais quand on est une famille de 6, le volume des bouteilles qu’on utilise peut vite être impressionnant.

      Une fois le processus engagé, c’est de plus en plus difficile de mettre une bouteille en plastique qui contient des saloperies (il faut bien dire ce qui est, on parle de parabens, de silicones fabriqués initialement pour l’industrie, de perturbateurs endocriniens, de produits dont on apprendra dans 5 ans qu’ils provoquent des cancers) dans son chariot hebdomadaire.

      Alors voilà, d’abord j’ai acheté des savons solides À FROID (je vous raconterai plus tard pourquoi les savons à chaud, les fameux savons de Marseille au chaudron, ont été développés). J’ai pris mon temps pour faire mon choix, j’ai choisi un savon artisanal, pas forcément bio mais plutôt local dans un état d’esprit cohérent avec le mien.

      J’étais une accro aux fleurs de douche, j’ai donc d’abord choisi un savon exfoliant, aux noyaux d’olives concassées. Puis ce besoin de devoir frotter pour me sentir propre est passé assez naturellement.

      Côté parfum, je n’ai pas cherché « Cerisiers en fleurs d’automne dans la baie d’Arcachon ». Quelques huiles essentielles ont suffi à me séduire. J’ai retrouvé des sensations simples. Mon kif c’est un savon à la bergamote ou avec des agrumes qui glisse sur la peau et parfume ce court moment de détente que peut être une douche.

      Et puis je suis tombée dedans. Et j’ai adoré FAIRE du savon (solide).

      J’adore faire du savon (solide) … mais vous le savez 😉

      Du savon solide au shampoing solide

      Quant au shampoing, c’est une loooongue histoire …

      J’ai les cheveux épais, plutôt gras … depuis que j’ai 15 ans je me lave les cheveux TOUS* les jours … une catastrophe écologique à moi toute seule …

      Et encore, j’ai arrêté à 20 ans de faire 2 shampoings à la suite en pensant que mes cheveux en avaient besoin ! Je ne suis pas une hystérique du shampoing, ne vous méprenez pas, c’était clairement recommandé sur mon shampoing spécial « cheveu qui regraisse vite ».

      Adulte, j’ai eu les cheveux courts, c’était pratique : un shampoing chaque matin sous la douche avant de me laver le reste du corps … j’avais ma routine ! 

      Ça voulait dire silicone et paraben TOUS* les matins … 

      Depuis j’ai ralenti, et tout en gardant mon shampoing liquide je suis passée à un shampooing un jour sur 2 … mais vous n’imaginez les démangeaisons, j’aurais pu m’arracher le cuir chevelu, me faire saigner : une vraie torture.

      Il fallait que ça cesse.

      Surtout que maintenant j’ai les cheveux plus longs (aux épaules, vous le voyez sur les vidéos).

      J’ai donc acheté mon premier shampoing solide, un savon à froid … le premier test n’a clairement pas été concluant, mon chéri m’a dit après 15 jours que mes cheveux n’étaient jamais nickels … la loose !

      Mais j’avais fait ma transition comme on dit 😉

      J’ai persévéré … 

      Et j’ai trouvé le bon : riche en poudres végétales ET sans SCI (vous vous souvenez, je suis devenue extrémiste, et même si ce tensioactif est d’origine végétale, je n’en veux pas).

      Il permet un lavage tous les 2 ou 3 jours.

       Mes cheveux sont doux, brillants, lisses sous les doigts.

       Ça y est, j’ai retrouvé ma routine !

      Mine de rien, ça fait déjà pas mal de bouteilles économisées dans l’océan de bouteilles en plastique.

      Oui je suis une goutte d’eau dans un océan.

      J’ai gardé 2-3 bouteilles vides, vous savez les grosses bouteilles cadum avec la pompe ? Celle-là vont durer plusieurs années !

      Elles me servent quand j’utilise mes chutes de savons pour faire du gel douche maison, histoire de ne pas trop gaspiller …

      *évidemment il y a 1 ou 2 exceptions … et heureusement !

      Shampoing solide sans sulfate : mode d’emploi

      Quand on a les cheveux courts, c'est rapide, ça mousse direct. Quand on a les cheveux longs, on se fait une stratégie personnelle pour répartir le shampoing partout sur le cuir chevelu ET les cheveux.

      Je parle ici de savon à froid formulé spécifiquement pour les cheveux.

      Un shampoing solide sans sulfate, sans tensioactif artificiel ou « issu » d’un produit naturel (ça veut dire par exemple ni SCI, ni SLSA, ni SCS, ni SMLI*).

      Ce peut être aussi bien :

      • un shampoing solide bio
      • Un shampoing solide anti pelluculaire
      • un shampoing pour cheveux gras

      Bref …

      A qui s’adresse le shampoing solide sans sulfate ?

      Je vous raconte comment ça se passe à la maison ok ?

      Sont convertis pour l’instant : 

      • Une femme aux cheveux châtains, mi-longs (aux épaules), plutôt épais et gras.
      • Un homme aux cheveux courts, poivre et sel.
      • Deux petits garçons : un blond de presque 4 ans, un châtain de 5 ans.

      Bon usage du shampoing solide sans sulfate

      Donc :

      Tout d’abord on mouille ses cheveux.

      • j’ai besoin de le dire ça ? C’est évident non ?

      Ensuite on mouille le shampoing.

      • Oui, sinon ça fait un truc bizarre, ça accroche aux cheveux … ça glisse pas !

      Après on passe directement le shampooing sur les cheveux.

      Quand on a les cheveux courts, c’est rapide, ça mousse direct. 

      Franchement, quand je savonne la tête de mes garçons, c’est immédiat !

      Quand on a les cheveux longs, on se fait une stratégie personnelle pour répartir le shampoing partout sur le cuir chevelu ET les cheveux.

      Ma manière de faire est la suivante : je procède par zigzags, je pars du front jusqu’au somme du crâne, ensuite je recommence sur chaque tempe en allant vers l’arrière et je fini par ma nuque en remontant derrière ma tête. 

      De temps en temps, je remets un peu d’eau, dans mes mains, sur le shampoing ou sur les cheveux.

      Il faut qu’à la fin on puisse malaxer une masse mousseuse et douce qui corresponde à toute notre chevelure.

      • Attention, ça peut piquer les yeux … ben oui, c’est du savon 😉
      • Mais je vous assure, c’est tout à fait adapté aux petits : pas besoin d’en mettre des tonnes , vous penchez bébé dans la baignoire, et plus grand vous lui apprenez à fermer les yeux. Ici on a deux monstres de moins de 5 ans et aucun cris alarmants à ce jour. Ça viendra bien un jour mais pour l’instant on gère grave !

      Ensuite on prend le temps de faire un bon rinçage.

      On ne lésine pas, on prend soin de bien rincer le cuir chevelu et les longueurs.

      Sous les doigts les cheveux vont paraitre râpeux, c’est normal : sous l’action du savon, leurs écailles se sont ouvertes, mais pas d’inquiétude, c’est provisoire ! 

      Compléter avec un après-shampoing 100% naturel

      Moi j’ai besoin d’un dernier rinçage à l’eau vinaigrée**. Idéalement on prend du vinaigre de cidre qui rend les cheveux brillants.

      J’utilise deux méthodes :

      1- Je verse un peu de vinaigre dans le fond d’un verre en plastique au début de ma douche et je le complète d’eau tiède juste avant de le verser sur ma tête. 

      2- Je re-utilise un spray que je remplis de vinaigre pur.

      Je prends soin de verser le mélange (ou de vaporiser) sur tout mon crâne et mes longueurs. Je malaxe avec les doigts avant un dernier rinçage. 

      Et là c’est comme un miracle, mes cheveux sont tous doux sous les doigts !

      Après ils sont tous brillants et hyper doux !

      Si je ne fais pas ce rinçage au vinaigre, mes cheveux ont du mal à sécher, ils restent humides hyper longtemps.

      D’autre part, comme les écailles de mes cheveux sont restées « ouvertes », ils accrochent toutes les poussières qui passent : dans la serviette ou le peignoir, dans la brosse. Du coup, après ils sont « lourds » pas brillants du tout et la sensation n’est pas agréable, si je reprends les termes que j’ai pu lire ici et là je dirais qu’ils sont poisseux.

      **Le vinaigre permet de rétablir le pH naturel des cheveux et de refermer les écailles. 

      Précautions à prendre avec un shampoing solide sans sulfate

      Si on ne fait pas un bon rinçage, les écailles vont se refermer sur les saletés restantes ou les résidus de shampoing ! 

      Et ça on ne le veut pas 😉

      * Sodium cocoyl isethionate, Sodium lauryl sulfoacetate, Sodium coco-sulfate, Sodium Lauroyl Methyl Isethionate.